C’est la rentrée ! Bilan de l’expérience Twitch et reprise du blog

Pour les parents et pour beaucoup d’entreprises, sonne l’heure de la rentrée. Les vacances s’achèvent, et avec elles notre expérience de streaming avec eye-tracker sur Twitch. L’occasion de faire un petit bilan.

Une plateforme de partage fun

Tout d’abord, parlons un peu de Twitch. Cette plateforme de streaming, qui n’est plus à présenter, permet de créer de la proximité entre un streamer et son public via le chat intégré. Depuis son clavier, le public peut réagir en direct suite à une action du joueur. Quant au joueur, il peut être directement influencé par son public en bien ou en mal, cela dépend de si on l’aide ou si on le piège. C’est donc un véritable lien, et même une sorte de jeu, qui s’installe entre le streamer et son public. C’est pourquoi cette plateforme est si fun, en plus du fait qu’on peut vraiment y trouver tout type de contenu et pas seulement du jeu vidéo.

Dans notre cas, nous avions décidé de vous faire une démonstration, en live, de cet outil appelé eye-tracking (ou occulométrie dans la langue de Molière). Twitch était donc l’endroit parfait pour vous présenter notre eye-tracker et répondre à vos questions en direct. On aurait pu le faire en allant surfer sur différents sites web, mais soyons honnêtes, ça aurait été moins fun !

Eye-tracking et jeux vidéo

Pour les jeux vidéo comme pour tout logiciel, l’UX est un apport fondamental qui déterminera son succès en s’intéressant à ses joueurs. Pour ça, on peut utiliser plusieurs techniques. La première et la plus connue est le test-utilisateurs. C’est certainement la méthode la plus complète permettant d’analyser en détails l’expérience d’un joueur. On peut également utiliser notre grille d’audit. Cet outil, que vous avez pu voir dans notre série d’articles GameUR, permet de fournir une analyse du jeu selon son Utilisabilité, sa Jouabilité et son Gameplay. Et bien sûr il y a l’eye-tracking. Avec cette technique, nous pouvons voir où se porte le regard d’un joueur pendant une partie, déterminer ce qui attire son attention ou encore s’il est en train de chercher une information sur l’interface.

Lors de nos 4 sessions de jeu, nous avons pu observer différents comportements en direct en fonction du type de jeu.

  • Sur Fall guys, un battle royal, l’attention du joueur était principalement portée sur le centre de l’écran à l’endroit où se trouvait son personnage.
  • Sur Valorant, un FPS, le regard du joueur était focalisé sur la carte lors des déplacements.
  • Sur F1 2020, un jeu de course, il était possible de dire quels étaient les paramètres utiles, comme les vitesses, ou inutiles, comme la carte du circuit, pour un joueur expert.
  • Sur Civilization VI, un jeu de stratégie, le joueur recherchait des informations aux quatre coins du jeu en faisant de grands balayage avec ses yeux.
Streaming de notre expérience d’eye tracking sur twitch, avec le jeu Civilization VI

Les limites de l’eye-tracking sur Twitch

Pour utiliser l’eye-tracking sur Twitch, c’est assez simple. Procurez-vous un appareil type Tobii Pro Nano. Branchez-le sur votre PC. Téléchargez Tobii Ghost, laissez-vous guider et c’est parti.

Ensuite, paramétrez l’eye-tracker pour qu’il fasse apparaitre sur le jeu un point, une bulle ou une heatmap. Pour chaque type d’objet, il est possible de modifier la taille, la couleur, la réactivité, la trainée et le temps de désintégration dans le cas de la heatmap, et… c’est tout !

Sur Twitch, il est impossible d’afficher le nombre de saccades, les points et durées des fixations ou encore la dilatation de la pupille. Ce sont pourtant des éléments essentiels si l’on veut faire une véritable analyse eye-tracking. De plus, il n’est pas possible d’extraire les données affichées en live. Donc on ne peut pas faire une heatmap complète d’une session de jeu par exemple.

Heatmap visuelle générée par Tobii Ghost, lors de la session de jeu Valorant

En conclusion

Alors oui, on peut observer quelques paternes et constater si le joueur a vu ou non une information ou même voir s’il est perdu comme ce fût le cas dans Civilization VI. Mais très rapidement, on se retrouve limité si l’on veut pousser l’analyse plus loin. Pour cela, il est nécessaire d’avoir du matériel adapté et d’y ajouter son savoir-faire. En résumé, avec Twitch, il est possible de voir l’outil mais on ne peut pas voir la méthode.

Et vous qu’avez-vous pensé de cette expérience ?

Vous en voulez encore ?

Si vous voulez en savoir plus sur ce qu’il est possible de faire avec l’eye-tracking, vous pouvez consulter notre page dédiée : https://www.ludotic.com/services/eye-tracking/

Vous pouvez également assister au webinar de Teresa Colombi qui parlera de ce sujet à l’occasion de la commission UX/CX du 10 septembre 2020. L’inscription se fait sur ce lien : http://www.telecom-valley.fr/10-septembre-2020-communaute-ux-cx/

Et sinon, on vous conseille de consulter notre blog aux alentours du 22 septembre. Il est possible que quelque chose vous intéresse. 😉